Rechercher
  • Vincent Boichard

En bref: commander ou manager?

Mis à jour : mars 16

Au cours d'une formation à laquelle j’ai participé dernièrement, nous avons discuté un peu par hasard sur quelle était la différence entre le commandement et le management. 

Beaucoup pensent que les chefs militaires commandent et que les chefs civils managent. Il me semble que la frontière entre les deux mondes est beaucoup plus ténue et que le commandement n’est pas que l’apanage des militaires, comme le management n’est pas réservé aux responsables civils. 


A mes yeux la distinction entre les deux est plutôt liée à l’action, à un contexte, à la capacité de décision du manager au moment fatidique: le moment où il prend la posture de chef.

Que l’on soit en poste d'encadrement dans les armées ou dans le monde civil, que l’on parle de subordonnés ou de collaborateurs, la notion de management me semble être la même durant la préparation opérationnelle pour les uns que durant la gestion de projets, l’organisation de la production… pour les autres. Chacun dans son domaine, dans sa spécialité va chercher à fédérer ses équipes autour d’un projet commun, d’un même objectif. Pour le militaire cet objectif sera la réussite de la mission, pour le chef d’entreprise ce sera d’atteindre un chiffre d’affaire, pour d’autres la satisfaction client… 


Mais commander, c’est l’instant ou le responsable a pris en compte l’ensemble des éléments du contexte, et/ou l’avis de ses équipes, de son CODIR et qu’il doit décider: on parle alors de la solitude du chef. C’est à ce moment précis, que le chef d’entreprise, que le chef militaire, que le chef de projet, le chef d’équipe commande. Cet instant où il se retrouve seul à la barre. Le commandement n’est pas réservé à l’élite, au sommet du pouvoir ou de la hiérarchie. Tout manager, peut se retrouver en situation de commandement. 


Cependant un bon manager n’est pas forcément un bon chef, alors qu’un bon chef est forcément un bon manager. 


Ce dernier doit faire preuve de courage managérial, d’audace, d'exemplarité et doit surtout avoir une confiance aveugle dans la capacité de ses équipes. Le chef va décider en son âme et conscience en engageant sa responsabilité de décideur. 


Je pense au chef militaire qui commande au combat, au chef d’entreprise qui commande face à la concurrence, au chef d’agrès (responsable d'un camion d’intervention chez les pompiers) qui commande l’engagement de ses hommes sur intervention, à monsieur tout le monde qui dans une situation « extra-ordinaire » va prendre l’étoffe d’un chef... 


Chacun à son niveau peut commander, choisir la voie à suivre, parfois avec peu de temps de réflexion et dans un environnement souvent très complexe. Cette capacité à commander qui peut vous porter au sommet peut aussi vous faire connaître l’enfer. Tout dépendra du résultat obtenu et des conséquences de vos choix. 


Mais une chose est certaine, c’est qu'il n’y a pas de commandement possible sans adhésion de ses hommes ou femmes, qui vous suivront encore plus loin que ce que vous auriez pu imaginer si ils vous reconnaissent comme leur chef.


Bref, « ce n’est que mon avis ! ». 


VB

11 vues

© 2019 par Hugo Boichard

  • Black LinkedIn Icon